Sa capture marque la fin du règne des Corleonesi. Parfois présenté comme un conflit entre vieux et jeunes loups, les deux catégories étaient en fait présents dans les deux camps. Elle vous donne les clés pour décrypter l’actualité et anticiper les conséquences de la crise actuelle sur les entreprises et les marchés. À un moment, Cuccia s'étonna de l'escorte policière de Mussolini, et lui chuchota à l'oreille : « Vous êtes avec moi, vous êtes sous ma protection. Cosa nostra compterait environ 186 familles de tailles et de virulence diverses. Barcellona P.G. Grâce à ses actions, le taux d'assassinats en Sicile diminua fortement. C'est aussi à cette époque que le rapport Sangiorgi (it), du nom du préfet de police de Palerme, évoque les rites d'initiation à la mafia, lesquels auraient emprunté une certaine symbolique aux rites maçonniques. Le médecin qui a opéré Bernardo Provenzano en 2006 à Marseille s'appelle Attilio Manca, il est originaire de Barcellona P.G. La mafia aurait plutôt exploité le chaos de la Sicile post-fasciste pour reconquérir sa base sociale. La plupart des historiens contemporains écartent cependant cette version en tant que mythe. In 1876, Leopoldo Franchetti described the Sicilian Mafia as an "industry of violence". nécessaire]. Rappelons que chaque homme d'honneur possède sa propre équipe qui compte entre dix et trente associés non initiés. Le chef de la « coupole » Toto Riina avait des conceptions dictatoriales, centralisées et terroristes de l'organisation. Une naissance en Sicile Sa longévité est à mettre au profit de son ancrage territorial et de ses liaisons étroites avec la classe politique. Un boss de Cosa Nostra, la mafia sicilienne, a sectionné cet été avec ses dents le petit doigt d'un gardien de prison avant de l'avaler, rapporte le journal de Rome Il Messagero. Aujourd'hui, à la suite des révélations de certains repentis comme Carmelo Bisognano (boss du clan des Mazzarraoti) et Carmelo D'Amico du clan des Barcellonesi, le nouveau boss de la province de Messina est soi-disant Rosario Pio Cattafi. Fini les « grandes bouffes » à la Toto Riina des années 1980... Selon son nouveau « profil alimentaire » minutieusement retracé par les enquêteurs à partir des écoutes téléphoniques et des « pizzini » (messages) interceptés à la suite du démantèlement de son réseau de facteurs, le « boss des boss » de Cosa Nostra se nourrit de bifteck saignant, artichauts, mandarines, oranges... et aussi miel et salade de chicorée. Les Corleonesi, sous la houlette de Toto Riina, entreprennent d'éliminer méthodiquement les familles palermitaines concurrentes[4]. Elle est surnommée la Piovra (la « pieuvre ») pour ses réseaux tentaculaires. Les mafieux, dont la piété affichée en faisait des alliés aux yeux de l'Église locale et de la DC, étaient ainsi vus comme de précieux alliés dans le cadre de la guerre froide. Le néophyte doit résister à la douleur du feu, passer l'image d'une main à l'autre, jusqu'à ce que l'image soit consommée, tout en jurant solennellement de garder la foi avec les principes de la Cosa nostra en utilisant la formule « pour voir ma brûlure de chair comme ce saint si je ne garde pas mon serment ». Le terme a été rendu public par le repenti américain Joe Valachi en 1963. Le 17 septembre 1947, lors d'une fusillade à Ciaculli, deux femmes de mafieux avaient achevé au couteau des blessés, ce qui leur valut d'être exécutées à leur tour[28]. La Commission enquêta sur l'échec du procès contre Luciano Leggio. Il y en aurait environ 1 300 à ce jour[réf. Cosa Nostra : le règne de la mafia sicilienne est terminé. On estime que le nombre de personnes affiliées (chefs, soldats, initiés, loyaux du clan, etc.) La province de Palerme et sa capitale, la province de Trapani, la province d'Agrigente, la province de Caltanissetta et dans une moindre mesure la province de Catane sont des régions où Cosa nostra est très présent. Après les révolutions de 1848 et 1860, la Sicile sombre dans l’anarchie. La rupture de l’omertà est punie de mort, même des décennies après la sentence : cette loi implique que la personne trahie doit tuer celui qui s'est rendu coupable d'avoir trop parlé. Originaire de Corleone, Luciano Leggio s'impose à la tête de sa cosca en faisant assassiner en 1958 le docteur Michele Navarra, parrain de Corleone. Two of the most powerful La Cosa Nostra families—known today as the Genovese and Gambino families—emerged from Maranzano’s restructuring efforts. Cette structure hiérarchique comporte un sommet et un épicentre basés à Palerme. Une section syndicale corrompue est plus efficace qu'un revolver ou une batte de baseball. En 1993, la commission italienne d’enquête sur les phénomènes mafieux révéla que le principe de fonctionnement de la mafia avait des points communs avec celui de la franc-maçonnerie, pyramidale[réf. En 1957, la mafia italo-américaine resserra ses liens avec son homologue sicilien, lors d'une réunion tenue au Grand Hôtel des Palmes de Palerme, en présence de Joseph Bonanno (1905-2002), Lucky Luciano (1897-1962) et Carmine Galante (1910-1979) pour les Américains, et Giuseppe Genco Russo (it) (1893-1976), les deux Salvatore Greco (1923-1978 et 1924-? Un homme qui connaît les secrets d’une Mais Cosa nostra, affaiblie par la multiplication des arrestations, le recours systématisé aux repentis et les tensions internes dues à la manière de commander de Toto Riina et des Corleonesi, aurait voulu au cours de l'année 2000 engager une tentative de conciliation avec l'État italien par le biais du chef mafieux Salvatore Biondino, représentant de Toto Riina. La commission régionale (ou inter-provinciale) a été créée en 1975. Le grand parrain de la Sicile, Vito Cascio, meurt en prison mais y vivait très confortablement[16],[17]. Le pizzo, le vol de bétail et la corruption de fonctionnaires de l’État étaient les sources de revenus et les protections principales des premières mafias. Les autorités américaines craignaient en effet que le port de New York ne fasse l'objet de tentatives de sabotage de la part d'agents nazis. Les politiques mettent en place un réseau de clientélisme étendu, monnayant notamment les permis de port d'armes en échange d'appui électoral de la part des mafieux, à l'image du conseiller régional et député Raffaele Palizzolo[14]. Joseph Valachi était la première personne à mentionner ceci au tribunal[43]. Bien qu'il n'eut pas totalement écrasé la mafia comme la presse fasciste le proclama, sa campagne fut néanmoins couronnée de succès. Vito Genovese est le plus connu de ces gangsters qui firent le bonheur du parti fasciste. Le 21 octobre 1860, par 432 053 voix contre 667[10], l'île devient italienne et Garibaldi va tenter une marche sur Rome. Sous la présidence de Luigi Pelloux (1898-1900), la mafia, qui avait aidé les propriétaires terriens à maintenir l'ordre lors de la révolte de 1891-1894 des fasci (syndicats paysans), se voit ainsi pour la première fois attaquée par l'État, tentative vite avortée. Blanchiment d'argent dans l'économie légale ; Incendies criminels utilisés comme moyen de pression sur les personnes qui ne veulent pas payer le pizzo ; Meurtres pour les traîtres et tous les adversaires de. Jusqu'en 1945, le Syndicat des dockers, totalement contrôlé par la Mafia, notamment par l'intermédiaire d'Albert Anastasia, aurait ainsi exercé un contrôle très ferme sur les installations portuaires. Matteo Messina Denaro, 48 ans (recherché depuis 1993), est le boss de Trapani comme son père Francesco. Toutefois, l'ordre règne grâce à une omertà féroce, une sélection draconienne des nouveaux soldats et une poigne de fer sur les principales ressources locales de la mafia : marchés publics et racket des entreprises (pizzo). La Mafia s'oppose à la réforme agraire portée par le communiste Fausto Gullo, mais détourne les ventes de terres aux paysans à son profit. Chaque jour, la rédaction des Echos vous apporte une information fiable en temps réel. Cosa nostra se structure de manière hiérarchisée avec à son sommet la Commission régionale ou Commission inter-provinciale appelé « la Coupole » (la Cuppola). A moins qu'il ne s'agisse de noms de code pour brouiller les pistes des fins limiers. On éliminait les mafieux qui ne désiraient pas s'allier avec Rome, par conséquent on affaiblit une partie de la mafia, mais uniquement pour renforcer l'autre partie. Ces activités se déroulaient au début principalement à Palerme, mais la domination de la mafia sicilienne s’étendit bientôt dans tout l’ouest et l'intérieur de la Sicile, s'ingérant dans les mines de soufre. Les confessions étaient parfois extorquées sous la torture et les coups. Le rite d'initiation comme le décrit Tommaso Buscetta au juge Giovanni Falcone, le néophyte est réuni avec au moins trois « hommes d'honneur » de la famille et le plus vieux membre l'avertit que cette « maison » est signifiée pour protéger le faible contre l'abus de pouvoir ; il pique alors le doigt de l'initié et renverse son sang sur une image sacrée, d'habitude un saint. nécessaire]. Cosa nostra (« ce qui est à nous » ou « notre chose » en italien) est le nom de la mafia sicilienne (bien qu’une seconde organisation, la Stidda, soit implantée dans le sud de l’île). Certains mafieux qui avaient été du côté des perdants de querelles mafieuses coopérèrent volontairement avec les procureurs, afin, peut-être, d'obtenir protection et vengeance. Ces événements, comme la vie du bandit Salvatore Giuliani, firent l'objet d'un film de Francesco Rosi, Main basse sur la ville (1963). Toutefois, les entrepreneurs, les fonctionnaires, les membres de professions libérales et les ecclésiastiques sont dispensés d'assassinat. Cependant, très peu de preuves historiques abondent dans ce sens. Malgré ses attaques contre leurs confrères, Mussolini eut des partisans dans la mafia de New York, notamment Vito Genovese, qui était toutefois de Naples et non de Sicile[4]. C'est là que siège l'organe de direction dénommé commission régionale, ou inter-provinciale, ou cupola (la « coupole »). La magistrature lance alors l'opération Mains propres, qui sonne la fin de la Seconde République italienne, les deux partis principaux, la Démocratie chrétienne et le Parti socialiste étant contraints de se dissoudre, en raison du très grand nombre de politiciens impliqués dans des affaires avec la mafia (dont les ex-présidents du Conseil Bettino Craxi pour les socialistes, et Giulio Andreotti pour les démocrates chrétiens ; bien que ce dernier ait toujours été acquitté en dernière instance ; Salvo Lima, le « pro-consul d'Andreotti » en Sicile, fut assassiné le 12 mars 1992 pour éviter qu'il ne parle). La Sicile était fortement catholique, dans un sens toutefois plus communautaire qu'intellectuel ou théologique, et se méfiait traditionnellement des étrangers. Expulsé en 1948, il revient en Sicile et organise le trafic de drogue. Lorsque Mussolini eut établi fermement son pouvoir, il nomma Cesare Mori, le préfet (« de fer ») de Palerme en octobre 1925 et lui accorda des pouvoirs spéciaux pour lutter contre la mafia. Exercice finalement assez simple puisque la mesure des peines infligées par la « justice mafieuse » ne compte que deux barreaux : La direction centrale de la Cosa nostra sicilienne est assurée depuis les années 1980 jusqu'en 2006 par la famille de Corleone. Les cantons sont dirigés par une ou plusieurs familles (cosca) avec à sa tête le chef de canton (capo mandamento)[38]. Son frère, Angelo, s'attaqua alors à Salvatore Greco, survivant de 1946-1958, qui riposta par une fusillade dans une poissonnerie le 19 avril 1963. Les membres de Cosa nostra sont appelés « mafieux » en français, « mafioso » au singulier et « mafiosi » au pluriel en italien ; le terme « Mafia » désignait originellement Cosa nostra jusqu'à ce qu'on apprenne son véritable nom, lequel aurait commencé à être utilisé après la Seconde Guerre mondiale. Quand il y a du fric à se faire, tous les Boss sont sur le coup. En 1955-1956, de nouveaux affrontements ont lieu à Palerme, la presse se félicitant de cette autodestruction des gangsters. Cette enquête sera le premier pas vers le maxi-procès de 1986 contre Cosa Nostra. Depuis 2002 et à la suite de la vague répressive des années 1990, Cosa nostra s'est restructurée sous la main de fer du nouveau patron Bernardo Provenzano. Le prétexte initial du nouveau conflit fut la disparition, en décembre 1962, d'un lot d'héroïne envoyé aux États-Unis sous la responsabilité de Calcedonio Di Pisa, assassiné le 26 décembre 1962. nécessaire]. Comme après chaque crise grave, les initiations ont été arrêtées, des familles ont été restructurées — voire dissoutes — des hommes remplacés pour un remaniement des chaînes de commandement afin que les « repentis » et les instances de répression perdent toute trace de la société clandestine. La mafia se constitua donc dès cette époque en État parallèle, tiraillée entre une organisation territoriale en cosca (it) plus ou moins rivales et une coordination nécessaire entre celle-ci pour gérer des activités telles que le vol de bétail. Pour contraindre les suspects à se rendre, ils prenaient leurs familles en otage, vendaient leurs biens ou faisaient publiquement abattre leur bétail. Lucky Luciano lui-même nie avoir collaboré avec les autorités américaines dans son livre testament[21]. Si elles ne prêtent pas serment comme les hommes, elles doivent toutefois respecter la règle de l'omerta[48]. On May 18, 1985 an arrest warrant was issued for arms trafficking. L'un des fils du vainqueur, Michele Greco, sera capo di tutti capi dans les années 1970. Il est observé, jaugé longuement par les anciens, puis prudemment abordé par des sous-entendus, des demi-silences ou allusions. Ce nouveau chef du niveau et de la capacité de Provenzano pourrait continuer la gestion de l'organisation. Plus tard, quand la Turquie a commencé à éliminer la production d’opium, Luciano usa de ses relations avec les Corses pour ouvrir un dialogue avec les mafiosi corses expatriés au Sud-Vietnam. Les familles sont en rapport étroit avec les familles palermitaines[41]. Elle s'appuyait des complicités au sein de l'élite, qui se voyait soit contrainte de faire appel à ses services pour protéger ses plantations, soit voyait plus cyniquement une aide précieuse dans cette « industrie de la violence » (expression du rapport de 1877 de Sidney Sonnino et Leopoldo Franchetti), liée à l'émergence d'un système capitaliste moderne (ce que Marx qualifiait d'« accumulation primitive du capital »). pour avoir, avant la prise du pouvoir par Mussolini, caché un squadriste qui avait tué un opposant politique[16], et avoir avancé des fonds à Mussolini pour sa marche sur Rome. Mussolini se sentit humilié et outragé. La cosca de Croceverde Giardini finit par l'emporter sur celle de Ciaculli[28]. Pour être un membre de Cosa Nostra, il faut obligatoirement être un homme, sicilien de père et mère, catholique. Mussolini avait accueilli de nombreux mafieux dans son régime, si bien que ceux qui s'étaient alliés avec lui continuèrent à faire des affaires, et ces derniers profitèrent bien entendu de la violence du régime non seulement pour se débarrasser des mafieux d'autres clans mais également pour se débarrasser de civils qui désiraient lutter contre la mafia. Lanza leur transmit le nom de Lucky Luciano[20], lequel fut recruté pour aider à l'enquête[20] et transféré de Dannemora vers une prison plus agréable[20]. C'est alors qu'aurait été mise en place une Commission chargée de décider des représailles internes à la mafia, ôtant ainsi le pouvoir aux chefs de Familles, et la coordination du trafic d'héroïne. Messina Denaro est le contraire de Provenzano et de tous les chefs mafieux traditionnels ; il est réputé brutal, impulsif, arrogant et plutôt exhibitionniste.